NAO chez OGF : chroniques d’un déclin annoncé

C’est l’été, il fait beau, et très chaud. L’occasion comme chaque année pour OGF de passer ses salariés sous la douche froide avec ses traditionnelles et ridicules augmentations de salaires. Petite surprise cette année avec des accords “annexes”. Contrairement aux organisations majoritaires, la CFDT n’a pas signé et on vous dit pourquoi.

La bonne blague de “l’augmentation du pouvoir d’achat”

Pourtant Philippe Lerouge nous aura fait une belle démonstration de communication interne, avec une belle lettre à ses “chers collaborateurs”. Et on comprends volontiers que d’autres organisations syndicales aient cédé aux sirènes de la Direction tellement c’était émouvant à quel point on sentait que Phiphi voulait le bien de ses salariés… D’ailleurs à la CFDT, on peut vous le dire, on a même versé notre petite larme.

Et puis quand même, on s’est dit que ça avait l’air trop beau. Alors on a continuer de lire la missive de notre Père Noël :

  • +0,9% d’augmentation sur la rémunération fixe mensuelle brute : bizarrement la Direction a retenu les chiffre de l’inflation du mois de mai, alors que l’inflation en avril était à 1,3%… Pour le pouvoir d’achat, on repassera…
  • Un prime de “parrainage” (nous on préfère “cooptation”) : une très belle rustine sur la jambe de bois du turn-over dans l’entreprise, alors que le problème majeur d’OGF n’est pas “comment recruter ?” mais plutôt “comment garder et valoriser les salariés dans l’entreprise ?” Et puis encore faudrait-il avoir des postes à pourvoir pour pouvoir coopter quelqu’un…
  • Une allocation spéciale pour les salariés du Secteur Logistique du Grand Paris ? Heureusement que la vie n’est chère qu’à Paris…
  • Et cerise sur le gâteau : le contingent maximum d’heures supplémentaires passe de 150h à 300h pour le personnel logistique. Pourquoi pas 500h tant qu’on y est ? Pendant les 2 prochaines années, ces heures seront uniquement payées, le choix de les récupérer en cours d’année suivante ne sera plus laissé au salarié ! Tout ça pour ne pas avoir à recruter !

Chers collaborateurs” ou “collaborateurs CHERS” ?

Vous l’aurez compris, tout cela n’augure rien de bon. Même en comité d’entreprise, OGF n’arrive pas à annoncer la couleur. Pourtant, ces mesures, qui pourraient être prises comme des bonnes nouvelles, vont avec un “très fort ralentissement des recrutements”, très jolie expression lachée du bout des lèvres par la Direction.

Préparons-nous, dans les mois qui viennent, a des contrôles des heures renforcés, à des réductions du nombre de véhicules par secteur, à plus de temps passé sur les routes… face à une activité en déclin, le réveil va être difficile…

Méfions-nous des effets d’annonce de la Direction d’OGF, restons vigilants et conscients que seuls les salariés ont à coeur de servir les familles. La Direction d’OGF, elle, ne veut que s’enrichir.